Biographie de Christine Cabirol

Petite(s) histoires(s)

Certaines petite(s) histoire(s) parlent du tréfonds de l’inconscient.christine-cabirol-auto-portrait

Il est des “images“ qui collent à la peau. Et sous la peau. À l’instar du conteur, celui qui les fabrique “raconte“, par le biais du canal visuel, en mettant en scène des codes subtils, dans un espace où le hasard est absent.

Bruno Bettelheim (La Psychanalyse des contes de fées), Clarissa Pinkola Estés (Femmes qui courent avec les loups), Serge Tisseron (Comment Hitchock m’a sauvé) font l’analyse poussée des structures du conte et de l’imagerie mentale. Sans oublier les travaux fondamentaux d’Edward T. Hall (La Dimension Cachée, Le Langage silencieux…).
http://www.cabirol-graphisme.com/wp-content/uploads/2016/03/christine-cabirol-auto-portrait-300×300.jpeg
Cette phrase de Doris Lessing quant à elle (tirée de Dans ma peau), résume parfaitement le rôle de l’archétype : “Quand on invente une histoire, et qu’on a besoin d’une analogie, autant choisir la plus familière. Car elle est déjà présente dans l’esprit humain et cet archétype conduit aisément du monde quotidien à celui de l’imaginaire (…) ce sont les rêves généraux, collectifs, si vous préférez, que partagent la plupart (…)“.

Des habits neufs

Un travail graphique réussi entre en résonance avec un texte, un événement, un lieu, au point parfois d’en devenir la peau. Peut-être pourrions-nous dire que nous sommes des tailleurs d’image ? L’idée contient celle du travail sur mesure dans le calme de l’atelier.

Une mise en regard

Finalement, qui regarde qui ?

Un visuel qui nous interpelle “touche“ à quelque chose qui nous appartient, qui nous “regarde“. Cette mise en miroir peut être ludique comme c’est, par exemple, le cas pour l’affiche de la page 65 annonçant un festival de cinéma.

Couleurs de l’Espagne, rouge et noir de la passion certes, mais allons plus loin.

Une femme, archétype de la séductrice de cinéma – elles sont cohorte mais les gants de Gilda vous viennent à l’esprit – prend la pose. Elle est de dos, le fantasme reste entier. Libre à chacune de s’y identifier… libre à chacun d’imaginer une suite…

Cette femme regarde un photographe. Ce photographe la regarde en retour et… vous regarde forcément aussi puisque vous êtes, derrière elle, dans son champ de vision.
Vous marchez sur le tapis rouge. Vous êtes entrés dans l’histoire…

Interview vidéo

Interview de l’artiste affichiste Christine Cabirol à l’occasion de son exposition au Centre de l’Affiche de Toulouse en Septembre 2014.

Expositions

Exposition Centre Affiche 2015

Exposition au Centre de l’Affiche à Toulouse du 25 septembre 2014 au 30 janvier 2015